Soif de Dieu, pas seulement un parcours !

Ils sont une quinzaine, ils ont fait le choix cette année de se retrouver une fois par mois pour approfondir ou redécouvrir leur foi. Aujourd'hui à mi-parcours ils viennent de vivre une retraite en silence à l'abbaye Sainte Berthe à Blangy sur Ternoise.

 Sur la croix, Jésus crie " j'ai soif ", ce cri doit être entendu des pratiquants. Oui, cette parole nous est adressée : Jésus a soif de nous comme nous devrions avoir soif de Lui ! L'eau abreuve, sans boire nous ne tiendrions pas trois jours ! Notre corps a besoin d'eau pour vivre mais notre âme aussi. L'eau vive donnée par Jésus Christ, si nous allons à la Source régulièrement, nous fait grandir dans la Foi, nous purifie, nous approche de la sainteté. Dans son exhortation apostolique publiée il y a un an, le pape Francois explique que : " la sainteté n'est pas réservée à ceux qui peuvent consacrer beaucoup de temps à la prière, nous sommes tous appelés à être saints en vivant avec amour et en offrant un témoignage personnel dans nos occupations quotidiennes, là où chacun se trouve."

Alors le parcours qui porte ce nom " soif de Dieu" essaie de faire rencontrer ces deux soifs, celle de Dieu et la nôtre. C'est une recherche pour mettre en pratique les dons reçus lors des sacrements. En un an chacun relit, retravaille les fondements de la spiritualité ( baptême, prière, Parole de Dieu, la réconciliation, la croix...)

Il y a les animateurs, les participants et tous se portent dans la prière, le groupe accompagne ceux qui souffrent, ceux qui pleurent. La formation va au delà d'une théorie, plus loin que les lignes écrites dans un cahier pour nous souvenir de l'essentiel de ce qui nous est enseigné. Chaque mois on se connaît davantage et l'inquiétude pour la santé des uns devient une union de prière pour les autres.

A mi -parcours, une retraite en silence est proposée. Se retirer des préoccupations du monde, des agitations du moment pour "s'abandonner" dans une abbaye à quelques heures de nos villes respectives. C'est à Blangy sur Ternoise dans le Pas de Calais que le groupe pose ses bagages le week-end du 09 et 10 mars. C'est l'abbaye Ste Berthe tenue par des consacrées de Notre Dame de Vie qui nous reçoit. La petite Thérèse au programme des enseignements nous y accueille dés le franchissement du portail tout comme le bienheureux Père Marie-Eugène de l'Enfant Jésus, fondateur de l'Institut Notre Dame de Vie.

 

soif de dieu2019 4 soif de dieu2019 4     soif de dieu2019 2 soif de dieu2019 2     soif de dieu2019 18 soif de dieu2019 18  

Deux jours entre silence et enseignements, c'est avec Ste Thérèse de l'Enfant Jésus que les animateurs du parcours prévoient de nous faire comprendre que la sainteté est l'affaire de tous et qu'on peut si on y met les moyens y accéder. Thérèse de Lisieux qui dit à 9 ans " je veux être sainte" est un bel exemple que c'est possible ! Et pas parce qu'elle était religieuse, c'est au travers de ses combats ( son tempérament, sa maladie, celle de son père, ses offrandes...), à travers sa persévérance et sa lutte pour chaque fois ne pas retomber qu'elle a grandi en sainteté. Elle réalise aussi que ses faiblesses sont des occasions pour Dieu de se pencher vers elle et ceci est rasssurant pour nous ! C'est ainsi qu'elle découvre la miséricorde de Dieu; Cette dernière nous aide à nous transformer pour nous aider à nous aimer tel que nous sommes et nous aider à aimer les autres !

La grâce de se "pauser" dans une abbaye nous permet aussi de participer aux offices (laudes et vêpres, eucharistie..), un temps de prière avec d'autres sous la protection du Bienheureux Père Marie-Eugène béatifié à Avignon le 19 novembre 2016 et dont des reliques reposent dans la chapelle de l'abbaye Ste Berthe.

Après chaque enseignement ça se bouscule dans notre coeur, des phrases de Thérèse, des attitudes, des combats nous parlent plus que d'ordinaire....Le silence et les temps de réflexion, d'oraison proposés à la suite de l'apport théorique nous obligent à mettre à plat ce qui nous empêche d'avancer vers la sainteté. Le sacrement de réconciliation est proposé également pour pouvoir poursuivre notre Carême autrement et plus sereinement.

Le cheminement de Thérèse passe par les sacrifices, l'abandon, les offrandes, la charité fraternelle....Sa petite voie n'est pas facile à vivre mais c'est une médiation qui conduit celles et ceux qui la prennent dans le coeur de Dieu.

N'ayons pas peur avec Thérèse et d'autres grands saints d'essayer, de persévérer pour faire fructifier les graines de divinité reçues lors de notre baptême !

Merci à l'équipe ( Christophe, Marie-Jo, Cholé, Père André) qui a pensé et travaille chaque mois à ce beau parcours. L'année n'est pas finie encore 3 rencontres mais déjà quelques participants optent pour une seconde année pour assouvir leur soif de Dieu !

 

 

Article publié par Dorothée QUENNESSON • Publié le Mercredi 13 mars 2019 • 448 visites

keyboard_arrow_up